Comment devenir audioprothésiste ?

Il y a encore moins d’un demi-siècle, le métier d’audioprothésiste n’était pas extrêmement exigeant. Aujourd’hui, il nécessite des connaissances très variées, autant en informatique, technique et acoustique qu’en psychologie. Pour espérer faire ce métier, il faut alors passer par une formation obligatoire d’au moins trois ans.

Le métier d’audioprothésiste

Aujourd’hui, on estime qu’environ 10% des Français souffrent d’une vraie défaillance auditive. Mais ils sont encore peu nombreux à être dotés d’un appareillage spécifique pour corriger ce défaut. Dans l’Hexagone, environ 2600 audioprothésistes exercent en libéral. Et quelques autres dans les centres, laboratoires ou dans la fonction publique hospitalière.

Le rôle d’un audioprothésiste est simple : sur prescription d’un médecin ORL, il va effectuer une série de tests auditifs à l’aide de machines spécialisées pour définir le type de prothèse auditive nécessaire pour le patient. C’est à lui d’expliquer le fonctionnement et l’entretien de la prothèse au patient et d’en assurer le suivi régulier.

Avec l’essor des nouvelles technologies, le métier d’audioprothésiste est devenu de plus en plus exigeant. Pour pouvoir exercer en libéral ou dans d’autres structures, il est nécessaire de bénéficier d’un diplôme que vous pouvez préparer en trois ans.

Un concours pour intégrer la formation

Comment devenir audioprothésiste ?

Contrairement à d’autres métiers spécialisés de la santé comme l’optique, il n’existe pas de BTS audio-prothèse à proprement parler. Pour devenir audioprothésiste, il faut préparer un diplôme d’Etat(DE) pendant trois ans. Il existe plus de 30 écoles qui permettent d’intégrer la formation mais la sélection est particulièrement rude.

Pour intégrer une école préparant au diplôme d’audioprothésiste, il faut d’abord passer un concours d’entrée très sélectif. D’année en année, le numerus clausus est de moins de 250 étudiants sur la France entière et dans chaque région, ce sont les agences régionales de santé qui fixent les quotas. Entre 150 et 200 audioprothésistes sont formés chaque année.

Le concours est ouvert aux élèves titulaires d’un bac S et seuls 10% des candidats sont admissibles à l’issue des épreuves orales et écrites. Une  formation d’audioprothésiste est particulièrement demandée et de nombreux étudiants choisissent d’intégrer une prépa pour mettre toutes les chances de leur côté. Des écoles privées comme Progress Santé proposent des formations pour préparer le concours. Cet établissement notamment, travaille en partenariat avec l’Université Europea de Madrid pour aider les étudiants souhaitant intégrer une formation.

Le coût d’une formation complète

Comme il n’existe pas de BTS audio-prothèse, la formation se fait entièrement dans des écoles d’Etat rattachées aux universités de médecine ou parfois à des pharmacies tutelles. Ces écoles étant publiques, les frais d’inscription et de scolarité sont les mêmes que dans les facultés. Il faut en général compter environ 200€ de frais de scolarité pour l’inscription à l’école. Ce prix ne compte pas les frais annexes nécessaires au bon déroulement de la formation. Pour les élèves boursiers, le coût des études est généralement entièrement pris en charge.

Toutefois, en raison de la difficulté du concours d’entrée dans les écoles, le coût d’une prépa est parfois nécessaire. Dans ce cas, les coûts varient énormément en fonction de l’école de prépa qui a été choisie. En général, il faut compter entre 2000 et 4500 euros pour une année de prépa selon l’école. Les établissements privés restent très transparents sur les coûts des formations.

Que faire après le diplôme ?

Au bout de trois ans de formation, les audioprothésistes ont accumulé des connaissances en audiologie, phonétique, communication, psychoacoustique, culture sonore mais aussi en gestion, sciences humaines et droit. Autant de connaissances qui permettent d’exercer directement le métier d’audioprothésiste. De nombreux étudiants fraîchement diplômés choisissent de travailler pour diverses structures mais certains s’installent directement à leur compte, en libéral.

Il est tout à fait possible de préparer un diplôme universitaire (DU) à l’issue du DE audioprothésiste, surtout si vous souhaitez vous spécialiser dans un domaine particulier. Des formations proposent de se spécialiser en surdité de l’enfant, en techniques audioprothétiques, en réhabilitation de l’audition… Vous pourrez ainsi devenir spécialiste et acquérir une réputation plus facilement au bout de quelques années d’expérience.

La rémunération d’un audioprothésiste

Les écarts de salaires entre des audioprothésistes débutants dépendent en grande partie de la structure pour laquelle ils ont choisi de travailler après leur diplôme. Un audioprothésiste salarié peut gagner entre 1500 et 2000 euros par mois, auxquels s’ajoute souvent un intéressement sur les ventes.

Un audioprothésiste fraîchement diplômé qui choisit de s’installer en libéral peut gagner jusqu’à 5000 euros en fonction de sa réputation, de son lieu d’implantation et de sa clientèle. Toutefois, ouvrir son propre cabinet nécessite de bénéficier de fonds conséquents, généralement entre 20 000 et 30 000 euros. C’est la somme nécessaire pour investir dans tous les équipements nécessaires à la pratique de l’activité. Si vous ne disposez pas de fonds suffisants, il est recommandé de s’installer avec d’autres professionnels.